Le concours et l’exposition de CANOHES méritent une visite, même si vous ne participez pas au concours, une simple visite comme amateur d’oiseaux.

Cette région de France, proche de la frontière espagnole possède une beauté singulière. Le village de Canohès se situe sur la jupe de l’imposante montagne du Canigou et, aux alentours, à environ 20-30 minutes de voiture il y a des lieux enchanteurs comme Thuir, Port-Vendres, Collioure, Céret, et Perpignan même, centre urbain commercial. Un concours recommandé pour participer et profiter du week-end pour concilier cette passion de l’élevage de canaris, en famille ou comme touriste.

L’exposition organisée par l’Association Can Exo Club Catalan de Canohès couplée au concours de canaris de chant a été dirigée de bon goût, le savoir faire caractéristique du peuple français. L’association a eu l’excellente idée de proposer en même temps, le concours de chant et une exposition ornithologique dédiée à la vente de canaris et autres oiseaux d’agrément. La présentation des spécimens exposés à la Salle Nougaro de Canohès donnait l’impression d’être au milieu du cadre naturel dans lequel doivent être les oiseaux. La majeure partie des oiseaux exposés étaient dans de grandes volières dont le fond était tapissé de feuilles de châtaigniers, leurs parois et leur toit  garnis de branches et de verdure sauvages, très agréable à la vue et qui invitent à la promenade autour des volières de l’exposition et à se laisser aller à contempler les oiseaux. A noter aussi la juste proportion des oiseaux par volière -  très différente des autres expositions, où chacun perçoit une désagréable sensation due au surnombre des volières et des oiseaux – et qui a contribué à l’harmonie de l’ensemble. Et, bien que, les organisateurs ne faisaient payer l’entrée qu’un 1€ symbolique, l’affluence a été plus que notable par le nombre de familles et de leurs enfants déambulant dans la salle, garnie de panneaux d’informations, relatifs à l’élevage des canaris et de l’ornithologie.

 

1

Et que dire du repas ?  Mon Dieu ! ! Pantagruélique ! ! Repas type amuse-gueule à piquer, pour parler juste,  varié et abondant, en charcuteries, pâtés, fromages, salades, pizzas….arrosé de vins de la région, desserts à base de fruits et d’exquises pâtisseries, café et ses petits gâteaux. Hospitalité française dans toute son amplitude. Quand j’ai fini de déjeuner, il m’est rentré un sommeil, une montagne de sommeil….et j’ai considéré que, le mieux à faire pour donner l’exemple en France de comment reposer le corps et l’esprit,

 

1

 

C’était d’aller faire une sieste, type sieste espagnole……dans la voiture. Et j’ai perdu trois bons lots….bien fait pour ma g…. mais on ne peut pas tout faire.

 

Bien ! Ce que tu as expliqué est très joli ; l’exposition, les volières les enfants et tout le thème ornithologique et le reste. Mais…Quid des Timbrados ? Ne devais-tu pas en parler ? O.K. J’y vais, pas de panique et patience.

Le concours a attiré cette année deux fois plus d’oiseaux et de participants. D’un évènement qui avait lieu en une journée, il y a quelques années maintenant, avec environ une centaine d’oiseaux jugés, on est passé cette année à 215 Timbrados qui ont défilé par groupe de 4 devant le Juge Monsieur José Manuel MARTIN CAMPILLO, tout le long de cette fin de semaine très chargée. Et, on aurait pu avoir beaucoup plus d’oiseaux inscrits si ce n’était la déclaration de grippe aviaire en France, où plusieurs régions ont décidé une période de quarantaine et tout transport d’oiseaux de ces régions a été interdit. Même le Championnat de France a été annulé.

 

Ceci étant, plusieurs participants n’ont pu se déplacer avec les oiseaux, sinon, le nombre d’oiseaux et leurs éleveurs auraient augmenté considérablement. Bon tableau d’inscrits : la crème des crèmes des éleveurs Catalans de Timbrados : Francisco Morlanes, vice-champion du Monde, Jorge Rodriguez Champion de Catalogne focde par équipes, votre serviteur Champion de Catalogne focde individuel, Albert Garriga Champion de la ligue Catalane en individuel, Daniel Gutierrez Champion de la Ligue par équipes et d’autres bons et tenaces éleveurs de Timbrados comme Raymond Poiré, Paco del Olmo, Raul Galvan, Alberto, …..et désolé si j’en oublie quelques uns.

L’inscription, la réception des oiseaux et l’organisation du tirage au sort a été un peu laborieuse -logique –  pour les organisateurs de l’association à cause de la surcharge de travail et de la langue. Mais tout a été correctement solutionné : la bonne volonté et pour le bien de chacun. J’aime le chant des Timbrados qui sont jugés dans une salle à part, à travers un circuit TV fermé. Et de plus, comme dans ce concours, quand la qualité de l’image aussi bien que celle du son est plus que correcte. A moins de ne pas écouter les différentes mélodies qui s’apprécient in situ directement dans la même salle de jugement, le système de TV apporte beaucoup d’avantages ; la commodité de pouvoir boire un café et discuter avec les autres compétiteurs pendant que les oiseaux chantent. Sociabilité à être avec les autres compagnons et commenter les différents aspects de cette passion. Ces conversations font ressortir des affinités, des points communs, des échanges d’opinion et des différences de points de vue. Ainsi, ces salles de TV sont d’une grande aide pour les nouveaux éleveurs qui sollicitent les avis des aînés sur leurs oiseaux. Un ‘’aficionado’’ français a été très agréablement surpris, quand, après avoir écouté ses oiseaux, je lui ai exprimé, raisonnablement argumentée, ma modeste et franche opinion sur le chant de ses Timbrados, d’une qualité plus que raisonnable, méritée pour être un éleveur qui n’a que deux ans d’expérience dans ce monde difficile du Timbrado, et surtout pour lui avoir indiqué comment les améliorer. Toujours, toujours, il faut aider les débutants. Et ceci doit être une aide inconditionnelle, ouverte solidaire et …….Qu’après, ceux-ci te remercient ou pas ( et j’en ai souffert ) c’est leur problème qui vient de leur éducation, leur éthique.

 

Capture

 

En définitive, une journée magnifique de Timbrados et de ceux qui en font leur passion. Dommage que les oiseaux, en général, n’ont pas fini de donner, car, suivant les propres paroles du juge CAMPILLO, (plus connu de tout le monde par son deuxième patronyme ) des Timbrados de grande qualité sont passés par la cabine et il y en aura beaucoup plus dans les prochains concours. C’est ce que nous espérons. Mes remerciements, une fois encore, à mes amis de France : Gérard Sénia, Jean-Pierre et son fils Eric, et à mon ‘’grand-père adopté ‘’ Raymond Poiré et à tous les autres. Merci Beaucoup.

    Source :  traduction de l’article que nos invités espagnols ont publié sur leur blog. 

 

A voir ICI